Parentalité

Pourquoi mon enfant me pousse à bout ??

“Tu pousses le bouchon un peu trop loin, Maurice !” Vous connaissez cette pub ? Un petit garçon, tout mignon avec sa grosse moustache de chocolat, accuse son poisson rouge d’avoir mangé toute sa mousse en chocolat… En fait, dans la vraie vie, c’est souvent beaucoup moins mignon… En tous cas dans la mienne, c’est beaucoup plus énervant, du genre :

– c’est la 5e fois que j’appelle les enfants pour venir à table et ils ne viennent toujours pas…

– Les enfants n’arrêtent pas de se disputer malgré mes (nombreuses) interventions, et ça se termine… mal !

– Mon bébé jette la nourriture par terre, et même carrément son assiette !!!?

– Je demande aux enfants de ne pas faire de bruit, et ils se mettent à crier et chanter à tue-tête, à jouer à faire le marteau-piqueur, à inventer un concert de djembé… ce qui bien sûr réveille le bébé que j’ai mis si longtemps à endormir….

Aaaaaaaaaaaah !!!!!!! Le pire c’est quand toutes ces situations se passent dans la même journée. Alors là, je pense à accrocher mon enfant au plafond, je rêve d’un bouton “off” sur lequel appuyer et qui le mettrait “en pause”, ou mieux encore, je fais le vœu de partir à l’instant même sur une île déserte sans personne (ou juste un mojito !) Bon, en fait le vœu ne se réalise pas et puis, pour ceux qui me connaissent, je ne bois pas d’alcool ! Mais revenons-en à nos petites têtes d’ange.

Deux problèmes majeurs

Pourquoi donc me pousse t-il à bout ? En réfléchissant à cette question, j’ai remarqué qu’il y avait 2 “problèmes” sous jacents :

– Le premier, celui que je ne peux ignorer, c’est le COMPORTEMENT de mon ENFANT. Je me dis que c’est lui le “problème” ! Il n’a “qu’à” se calmer, il n’a “qu’à” se maîtriser, il n’a “qu’à” m’écouter… !

En fait, je peux avoir mille et une attentes envers lui, mais si je n’essaye pas de le comprendre, la situation ne va faire que s’envenimer ! Lorsqu’un enfant “fait une colère”, il est submergé par ses émotions, il ne peut pas se maîtriser !  Le cerveau des enfants est encore très immature (ça vous dit un article pour comprendre comment fonctionne le cerveau des enfants ?), il ne peut donc pas se raisonner, prendre du recul sur une situation : vous avez coupé le gâteau en 2 alors qu’il ne le voulait pas, ses émotions le submergent et vous, vous ne comprenez vraiment pas pourquoi il se met dans cet état là juste pour ça ! Et bien, pour lui c’était important. Tout simplement !

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles un enfant peut être complètement dépassé par ses émotions (on parle même de “tempête émotionnelle”) : lorsqu’il a faim ou soif, qu’il est fatigué, qu’il a peur, trop froid ou trop chaud… en anticipant la plupart de ses besoins primaires, je peux déjà éviter de nombreux conflits. D’ailleurs, quand je sors avec les enfants, je m’assure toujours d’avoir un petit goûter et une bouteille d’eau sur moi, ça m’a sauvé la vie plusieurs fois !!

Les enfants ont aussi d’autres besoins, qui, s’ils ne sont pas comblés, peuvent conduire à ces “tempêtes” : besoin de sécurité, besoin de reconnaissance (ça vous parle l’histoire de cet enfant qui se met à faire tout et n’importe quoi quand vous êtes au téléphone ?), besoin d’estime, besoin d’accomplissement…Hey ! Vous avez remarqué ? C’est la pyramide de Maslow !!! On s’y attardera un peu plus une prochaine fois…

En conclusion, en ayant conscience des besoins de nos enfants, on peut tenter d’y répondre AVANT que la situation ne dérape.

Je rajouterai aussi que nos enfants ne font pas exprès de nous énerver, même si on peut parfois penser le contraire. Ce qui nous amène au point suivant :

– La deuxième chose, c’est MA réaction ! Pourquoi JE suis à bout !? Avez-vous déjà remarqué comme on est plus sensible quand on est fatigué ? Ou quand on a faim ou qu’on est stressé ? Finalement, les besoins dont j’ai parlé juste avant, je peux les transposer ici ! Parce que lorsque nos propres besoins ne sont pas comblés, pas entendus, cela devient compliqué de répondre aux besoins des autres (en l’occurrence, ceux de nos enfants).

En clair, quand je leur demande d’arrêter de faire du bruit, c’est que j’ai besoin de calme ! C’est peut-être logique en le lisant simplement, mais réfléchissez-y. Si j’arrive à mettre précisément le doigt sur le BESOIN que J’AI, il est beaucoup plus facile de comprendre pourquoi le comportement de l’enfant m’agace…et donc d’avoir une chance de retrouver un équilibre dans la situation qui part en c…cacahuète !

Concrètement

Un exemple : je rentre dans la chambre de mes enfants, et là, j’ai l’impression qu’un tsunami vient d’y passer. Je sens que la moutarde me monte au nez…donc, première question que je me pose : pourquoi est ce que je me sens dans cet état ? A quel besoin cela me renvoie t-il ? Est ce que c’est parce que j’aime que ce soit rangé (donc un besoin d’ordre) ? Est ce que c’est parce que j’ai passé 3 heures à tout ranger/trier la veille et que ça n’a même pas duré 24h (donc un besoin d’être respecté dans le travail de rangement que j’ai fait) ? Le fait de prendre conscience de mon besoin non écouté me permet de ne pas m’emporter, et de trouver une solution sans passer par les cris.

Dans un prochain article, je pense m’attarder spécifiquement sur “la colère des enfants”. En attendant, la prochaine fois que vous sentez que la situation dérape avec votre enfant, essayez de repenser à cet article et trouvez le besoin de votre enfant et/ou le vôtre qui n’a pas été écouté. Et écrivez-le. D’ailleurs, laissez-moi un commentaire en essayant de définir quel est votre besoin qui est le moins souvent écouté et qui (peut-être) fait que vous vous sentez souvent à bout !

J’attends vos retours…

Likez et partagez l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 commentaires

  • Marylène

    Super article, qui d’après moi, complète merveilleusement celui des astuces pour gérer les crises de son enfant ! Ça rejoint le commentaire que j’y ai fait d’ailleurs !
    Mais oui, c’est vraiment essentiel ça, et qu’est ce que ça aide à garder son calme à des moments où on est tellement le nez dans le “comportement inadapté” qu’on pourrait jouer au petit Poucet avec eux 🤪🤪🤪

    • Noémie

      Merci pour ton retour 🙂
      Oui, ce n’est jamais évident, mais si on a déjà conscience de tout ça, on est déjà bien “outillé” pour accompagner nos enfants différemment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *