Parentalité

Parentalité : stop à la culpabilité

Quand on devient parent, on aspire à donner le meilleur à nos enfants. On donne tout, on donne peut-être même trop (entendez par là le fait qu’on a souvent tendance à s’oublier : bienveillance ou égoïsme)

Et puis, quand on devient parent, on rencontre d’autres parents, on s’observe, on échange sur nos façons de faire et, fatalement, on se COMPARE. Et je crois là que c’est une grosse erreur que l’on fait en tant que parents !

Pourtant, nous le savons bien (en tous cas en théorie), nous sommes chacun différent ! Nos enfants sont uniques, ils évoluent chacun à leur rythme. Nous aussi en tant que parents, nous ne sommes pas sensibles aux mêmes choses, nos regards ne sont pas identiques les uns aux autres, ce qui est important pour les uns, l’est moins pour les autres. Bref, nous faisons partie d’un monde riche de ce que chacun peut y apporter.

Le mythe de la mère parfaite

Et pourtant, on a tendance à oublier tout ça. On se met à croire que la mère parfaite, c’est notre voisine (toujours bien habillée, qu’on n’entend jamais crier sur ses enfants), ou notre collègue (toujours à l’heure, le sourire aux lèvres, jamais fatiguée) ou même notre cousine (qui allaite ses enfants jusqu’à 4 ans et qui fait l’école à la maison version Montessori). Et à force de comparaison, on finit par croire qu’on ne vaut pas grand chose, qu’on n’est pas une “bonne mère”. On regarde ce que font les autres et on est certain que c’est mieux. On se met à penser que c’est plus facile chez les autres, que cette maman-là ne s’énerve jamais, que l’autre a une vie parfaite, que ses enfants ne font pas de crises.

Et puis il faut dire que tous les “soi-disant conseils” qu’on entend à droite à gauche, ça n’aide pas non plus… Côté allaitement, on a droit à : “Quoi ???!! t’as pas allaité ton bébé ?” ou à partir du 6e mois d’allaitement “Quoi ???!! mais t’allaites encore ?”. Quand notre bébé de 9 mois se met à pleurer, on a de nouveau nos deux commentateurs : “Tu peux le laisser pleurer, il fait certainement un caprice…” ou alors “bah, t’y vas pas tout de suite ??” Et c’est sans parler du sommeil : “Comment ça il ne fait pas ses nuits à 5 mois ? Moi, de mon temps, mes enfants faisaient leurs nuits au bout de quelques jours !” ou encore “il dort encore avec vous, à son âge ??”… En fait, on peut encore continuer longtemps avec ces petites phrases assassines : “mais tu le laisses faire ça tout seul ?”, “mais pourquoi tu fais ça ?“, ou encore “il n’est toujours pas propre à 2 ans ?” Bref, vous avez compris l’idée…malheureusement, je suppose que vous avez aussi vécu ces situations-là, où vous avez dû vous sentir pas assez bien, pas à la hauteur, pas assez belle, pas assez reposée, pas assez confiante, pas assez heureuse, pas assez persévérante, pas assez grande, pas assez plein de choses !! ou même carrément…nulle !

La comparaison nous consume à petit feu !

Et bien moi, je vous dit STOP ! Arrêtez de vous comparer aux autres. Arrêtez de croire que vous êtes moins bien que les autres !

Et vous savez quoi ? Je suis sûre, je suis même certaine que vous êtes une bonne mère ! Oui ! Vraiment !! Vous ! C’est vrai, parfois il vous arrive de crier (mais moi aussi !), c’est vrai parfois vous êtes à bout (mais moi aussi !), c’est vrai parfois c’est difficile (et c’est NORMAL !) Mais je sais que vous donnez le meilleur de vous-même. Je sais que vous vous dépassez pour vos enfants, que vous leur apportez les valeurs qui vous tiennent à cœur. Je sais que vous êtes exactement la mère dont votre enfant a besoin. Imparfaite, certainement, mais c’est tant mieux ! Et si vous lisez ces lignes, c’est que vous avez envie de donner encore plus, peut-être même que vous cherchez  des pistes pour améliorer la relation que vous avez avec vos enfants ! Peut-être que vous n’êtes pas pleinement satisfaite de la relation que vous avez avec vos enfants, mais cela montre une fois encore que vous recherchez le meilleur pour vos enfants et vous !

Quoiqu’il en soit, votre enfant a besoin de vous. De tout ce que vous lui apportez. De votre amour inconditionnel. Et pas des conseils de la grande tante du voisin de votre beau-frère. Je ne dis pas qu’il ne faut pas les écouter. Mais ne vous laissez pas secouer par ce qu’on essaye de vous faire croire. Que vous ayez allaité 3 jours, 3 mois, 3 ans ou pas du tout ne fait pas de vous une mauvaise mère. Que vous fassiez les repas vous-même ou que vous achetiez des petits pots ne détermine pas votre valeur. Vous n’êtes pas mieux ou moins bien qu’une autre ! Vous êtes vous. Vous êtes la maman de votre enfant, et ça vaut tout les trésors du monde ! Et en plus, la mère parfaite n’existe pas. Nous avons chacun, chacune nos failles. Ce qui est facile pour l’une ne l’est pas forcément pour l’autre !

L’union fait la force

Alors, si pour une fois, au lieu de se comparer, on pouvait s’entraider, s’encourager ! On y serait certainement toutes gagnantes ! Soyons solidaires les unes avec les autres. Que celles qui débordent d’énergie puissent venir en aide à celles qui traversent un moment plus difficile et certainement que demain les rôles s’échangeront… Et si vous êtes dans le creux de la vague, n’hésitez pas à vous entourer de personnes bienveillantes !

Je vous souhaite à toutes une douce journée. Vous êtes des mamans formidables et fabuleuses !

Crédit photo : warrengoldswain

 

Likez et partagez l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *