Parentalité

Bienveillance ou égoïsme ?

Cet article fait suite au carnaval d’articles organisé par Emma du blog www.parentplusquimparfait.com. Plusieurs blogueurs s’unissent et publient autour du thème “parentalité bienveillante : et si la bienveillance commençait par soi-même.” Vous aurez prochainement un lien direct vers la compilation de ces articles.

J’ai longtemps pensé que mon devoir de maman était de me sacrifier pour mes enfants. Sacrifier mon temps, sacrifier mon sommeil, sacrifier mon énergie, sacrifier mon corps, et même… sacrifier mon couple !

Tous ces sacrifices ne me paraissaient pas négatifs en soi, je les voyais plutôt comme une nécessité dans mon rôle de maman, et dans tous les cas, je savais qu’ils n’étaient que temporaires. Je savais bien qu’un jour j’aurai à nouveau du temps pour moi, je pourrai dormir des nuits complètes, je referai des abdos (non, ça c’est une blague 😀 ) et j’aurai de nouveau du temps pour mon mari qui m’aura attendu bien sagement pendant X années. Et puis, ma mère était aussi passée par là, sacrifiant elle-aussi de nombreuses choses pour nous élever tous les 4, sa mère avant elle aussi, c’était juste LOGIQUE, NORMAL ! D’ailleurs, lorsqu’on parle d’enfants ingrats, n’est-ce pas là aussi un sous-entendu de sacrifices que les parents font pour leurs enfants qui ne sont pas assez reconnaissants ?

La prise de conscience

Tout allait très bien dans ma vie de sacrifices. Du moins, c’est ce que je pensais. Au cours du 6e mois de ma 4e (et dernière) grossesse (une grossesse non désirée) j’ai été hospitalisée d’urgence parce que la poche des eaux s’est fissurée. Je me suis retrouvée toute seule, loin de ma famille, pendant des jours, livrée à moi-même. Alors que j’avais toujours rêvé d’avoir du temps pour moi, j’étais maintenant incapable de savoir quoi en faire ! Le plus dur étant, à cet instant même, de me dire, de savoir, de reconnaitre que mes enfants allaient bien, même sans moi !

Lorsque je suis rentrée à la maison, j’ai pris conscience de toutes les fois où je ne me suis pas écoutée. Après ces heures interminables (trop) tranquilles de l’hôpital, je ne supportais plus le tourbillon du quotidien. J’avais plus que jamais besoin de prendre soin de moi. Est-ce que j’étais en train de devenir égoïste ? Je ne crois pas. Je pense plutôt que je prenais conscience de l’importance de prendre soin de soi pour pouvoir prendre soin des autres. On entend souvent l’histoire de l’avion (mais elle est tellement parlante que je ne peux que vous la repartager) : en cas d’incident, lorsque les masques à oxygène tombent devant nous, il est indispensable de s’en servir d’abord soi-même avant d’aider nos enfants ou nos voisins à mettre les leurs !!!

Etre bienveillant envers soi-même c’est une nécessité, un besoin primordial à satisfaire ! Quand j’ai soif, je m’écoute, je cherche à boire et je bois ! Je réponds à mon besoin de boire. Je ne me dis pas que je boirai la semaine prochaine quand j’aurai 2 minutes ! Prendre soin de soi, c’est pareil ! C’est un besoin que l’on devrait satisfaire régulièrement ! (Peut-être) CERTAINEMENT même tous les jours 🙂 !! Je ne parle pas d’un massage de 2 heures tous les matins avant de commencer la journée (sauf si vous pouvez, ne vous en privez pas !). La bienveillance envers soi-même c’est non seulement prendre soin de soi, mais c’est aussi apprendre à s’écouter, se faire confiance, se parler avec indulgence, ou même chasser la culpabilité de la mauvaise mère ! Rappelez-vous que vous êtes la personne que vos enfants observent le plus !

Donner l’exemple

Effectivement, je crois qu’il y a quelque chose de très puissant et d’efficace en tant que parents, c’est de montrer l’exemple à nos enfants ! Les enfants sont des “éponges sensorielles”, c’est à dire qu’ils sont capables d’absorber tout ce qui les entoure, au-delà des mots qu’ils comprennent. Ils s’imprègnent de nos émotions, de tout ce qu’on ne dit pas ! Avec eux, on ne peut pas faire semblant. La meilleure façon de leur apprendre quelque chose, de leur transmettre les valeurs qu’on souhaite voir germer en eux, c’est tout simplement d’être intègre, d’être vrai, de montrer l’exemple !

Et dans la bienveillance c’est exactement la même chose ! La meilleure façon d’apprendre à mes enfants à être bienveillants (envers les autres et envers eux-mêmes) c’est tout simplement en l’étant soi-même !

Etre parents, pas si simple !

Je rajouterais qu’être parents est bien plus difficile que je n’aurais pu l’imaginer. Etre une maman bienveillante me demande de grandes ressources, beaucoup de patience, de l’amour bien sûr mais beaucoup d’énergie. Si je ne vais pas bien, si je ne prends pas soin de moi, si je ne recharge pas mes batteries, je ne vais pas pouvoir aller jusqu’au bout, atteindre le but que je me suis fixé ! Je reformule en positif pour que ce soit bien clair pour tout le monde 😉 : si je veux aller bien, il est nécessaire que je prenne du temps pour moi, que je recharge mes batteries. C’est ce qui m’aidera à aller jusqu’au bout, à atteindre les objectifs que je me suis fixés !

Est-ce que pour vous c’est facile d’être bienveillant envers vous-même ou vous êtes plutôt du genre à toujours faire passer les autres en premier ? J’attends vos retours ! 🙂

Crédit photo : Dmitrii Kiselev

Likez et partagez l'article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 commentaires

  • Marie

    Article super intéressant encore une fois 🙂
    Pour ma part, j’ai eu la chance de voir beaucoup de mamans expérimenter tout cela avant moi et du coup, je suis aujourd’hui persuadée que plus une femme est bien dans ses choix et dans sa peau, plus son bébé sera bien. Bien sûr c’est facile à dire mais je pense que ça aide dans certaines décisions. Par exemple, j’ai décidé de ne pas allaiter car j’avais beau faire la liste de tous les avantages, je ne m’y retrouvais pas et j’étais trop mal à l’aise avec cette idée. Mon médecin m’a carrément fait la morale et après avoir encaissé, j’ai assumé et aujourd’hui je suis persuadée d’avoir fait le bon choix. Après, dans le quotidien, on s’oublie très vite et c’est vrai que c’est dur de faire des pauses et de penser à soi !
    Merci pour tes encouragements 🙂

    • Noémie

      Merci pour ton commentaire. Ca me fait plaisir de savoir que ce que j’écris ça plait au moins à une personne 😀 lol En tous cas, ça m’encourage à continuer…
      En tous cas, même si je suis plutôt pro allaitement, je pense que le choix de la maman prime sur ce que je peux penser : il vaut mieux donner le biberon sereinement et détendue que donner le sein à contre cœur !
      Et n’oublie pas de penser à toi, c’est le moment où jamais, après ça risque d’être un peu plus le rush pendant quelques semaines/mois ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *